Carrière Saint-Leu d’Esserent

Cabane à Saint-Leu d'Esserent

Points d’intérêts

  • Le Fontis Géant
  • Le Bunker
  • L’exposition photo
  • Les véhicules abandonnés
🕮

Caractéristiques

  • Superficie : 52,145 hectares
  • Exploration du lieu : ≈30%
  • Complexité physique : 4/10
  • Visite officielle : Pas d’information

DANGER

La Carrière Saint-Leu d’Esserent a accueilli beaucoup d’armes et d’explosif pendant la Second Guerre mondiale. Regardez ou vous mettez les pieds ! Ne touchez à rien !

Histoire de la Carrière Saint-Leu d’Esserent

Pierre de Saint-Leu ou pierre de Vergelet ou pierre grasse, du nom de son principale lieu d’exploitation, Saint-Leu-d’Esserent, département de l’Oise en région Picardie, est l’appellation traditionnelle d’une pierre en calcaire lutétien utilisée abondamment dans les monuments de Paris. Les carrières sont exploitées dès le haut Moyen Âge et demeurent ouvertes de nos jours pour les besoins de la restauration des monuments historiques, et fournissent essentiellement le banc royal.

La pierre de Saint-Leu est d’abord exploitée pour les besoins de l’architecture religieuse dès le xive siècle où elle fait ses preuves. Elle est ensuite abondamment utilisée à partir de la fin xve siècle. Son utilisation est attestée vers 1460 à l’Église Saint-Eustache et à Hôpital des Quinze-Vingts. Toutes les villes desservies par les voies navigables du bassin de la Seine, pour la construction d’édifices civiles, religieux et pour la sculpture ; cette proximité des carrières donnèrent leur spécificité aux églises du Vexin.

En 1678, l’Inventaire-des-Carrières commandé par Colbert, constate que toutes les carrières de Trossy, Saint-Maximin et Saint-Leu sont souterraines. En 1744, réapparaissent les premières extractions à ciel ouvert sur les coteaux2. En 1607, s’ouvrent de nouvelles grandes carrières à Saint-Maximin. Il faut toutefois attendre la fin de la Guerre de Trente Ans (1606-1636) et l’arrivée de Louis XIV et l’architecture classique (1650-1750), pour voir la quatrième vague d’utilisation de la pierre de Saint-Maximin et de Saint-Leu dans la construction des monuments de Paris : le Louvre, les Invalides, le palais-Bourbon, l’hôtel de Lassais, l’hôtel d’Évreux, l’école militaire, la place de la Concorde, Versailles, etc. Les aménagements de Haussman utilisent abondamment la Saint-Leu et la Saint-Maximin.

Chronologie d’utilisation

Ford abandonné à Saint-Leu d'Esserent

Bâtiment construits ou supposés construits en pierre de Saint-Leu : L’occupation romaine (49 av. J.-C. – 275 après J.-C.) voit un premier essor important des constructions en pierres massives. Vestiges en pierre, quai d’un port face à la commune de Saint-Leu, chantier de taille de pierre, nombreuses villas. La pierre est extraite à SAINT-LEU (rive droite) et TROSSY (rive gauche). Un hameau de tailleurs de pierre existe à Saint-Leu-d’Esserent entre le ier et le ive siècle après J.-C. Les invasions barbares qui suivent la période gallo-romaine, dévastent la région du ive au ixe siècle.

  • 1130 – Cathédrale Saint-Étienne de Sens
  • 1135 – Basilique Saint-Denis
  • 1153 – Cathédrale Notre-Dame de Senlis
  • 1163 – Cathédrale Notre-Dame de Paris
  • 1241 – Abbaye de Royaumont
  • 1490 – Château de Vincennes
  • 1530 – Château de Saint-Maximin
  • 1535 – Château de Gaillon
  • 1537 – Château de Chantilly
  • Louvre
  • les Invalides
  • Le Grand Trianon
  • le Palais Bourbon
  • l’hôtel de Lassais
  • l’hôtel d’Évreux
  • l’école militaire
  • la place de la Concorde
  • Versailles

Photos Carrière Saint-Leu d’Esserent

Built with ❤ by Snickers & Neo - Copyright © Urbex I/O 2018